Saturday, 02, Mar, 7:25 AM

Petits enfants, éloignez-vous des idoles", écrit l'apôtre Jean à la fin de sa première épître (1 Jn 5,21). Des années plus tôt, Paul exhortait les Colossiens à "faire mourir ce qui est terrestre en vous : l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs et la cupidité, qui est une idolâtrie" (Col. 3:5, italiques ajoutés). Si les prophètes de l'Ancien Testament ont mis en garde le peuple de Dieu contre les idoles d'argent et d'or forgées au four (Ésaïe 37.19), les auteurs du Nouveau Testament nous mettent en garde contre des idoles d'un autre genre : les idoles d'idées et d'obsessions forgées dans le cœur.

Ces dernières années, l'Église en est venue à parler de ce deuxième type d'idoles comme des "idoles du cœur". Dieu est-il l'objet des affections et des désirs les plus profonds de nos cœurs, ou bien quelque chose d'autre nous captive-t-il ? Cette "autre chose" n'est pas nécessairement mauvaise en soi. Lorsque Jésus dit que nous devons choisir de servir Dieu ou l'argent, ce n'est pas parce que l'argent est mauvais en soi ; au contraire, comme le dit Paul, c'est "l'amour de l'argent" qui est la racine de toutes sortes de maux (Matt. 6:21-24 ; 1 Tim. 6:10, italiques ajoutés). Par conséquent, nos cœurs déchus peuvent prendre toutes sortes de bonnes choses - l'argent, la réussite, la romance, le patriotisme, la famille, même une noble cause - et les transformer en idoles dangereuses qui nous éloignent d'une pure dévotion au Seigneur et nous conduisent à l'adultère spirituel (avec tous les dangers et les malheurs que cela comporte).

Si vous avez une idole dans votre cœur, vous ne devez pas tarder à vous en occuper. Mais vous devez d'abord savoir si elle est là, et cela nécessite un diagnostic spirituel. Dans ce court article, je voudrais suggérer qu'il y a trois symptômes qui indiquent la présence d'une idole dans le cœur. Si vous trouvez ces trois symptômes d'idolâtrie présents dans votre vie, vous devez prendre des mesures urgentes.

Le premier symptôme d'une idole est que vous y pensez continuellement lorsque vous n'avez rien d'autre à faire. Elle fonctionne comme une obsession au fond de votre esprit, réclamant une attention constante. Vous pensez de manière obsessionnelle à gagner le prochain match, à vous marier, à ce problème urgent au travail, à l'état de votre portefeuille, aux détails de la vie de vos enfants ou à ce que les autres pensent ou disent de vous.

Il serait tout à fait approprié d'accorder une partie de votre attention à ces choses, et parfois même une grande attention. Vous voudriez être prêt pour la présentation de demain au travail, attentif au bien-être de vos enfants, impliqué dans les affaires de votre pays ou engagé dans une bonne cause. Mais si vous constatez que toutes vos pensées se dirigent vers cette obsession centrale, et ce depuis un certain temps, cela indique la présence de quelque chose qui est devenu une idole.

Le deuxième symptôme d'une idole est que vous prenez des mesures imprudentes pour l'atteindre. Vous pouvez sortir avec quelqu'un que vous savez ne pas devoir sortir ou laisser une relation franchir des limites que vous savez ne pas devoir franchir. Vous pouvez investir votre argent de manière imprudente ou choisir de ne pas verser la dîme pour financer votre plan épargne retraite. Vous pourriez mentir sur votre CV ou fausser "juste un peu" votre rapport trimestriel. Vous pourriez vous éloigner d'amitiés précieuses et éprouvées parce qu'elles ne s'impliqueront pas autant que vous dans votre cause. Vous pourriez prendre trop de temps à votre famille pour vous entraîner en vue d'une épreuve d'endurance ou permettre au programme sportif de votre enfant de prendre le pas sur l'adoration le jour du Seigneur.

D'une manière ou d'une autre, cette idole du cœur vous a conduit non seulement à faire quelque chose que vous n'auriez pas fait dans vos moments les plus sages, mais aussi à le rationaliser et à l'excuser. "C'est la seule façon pour moi d'avoir une chance de me marier". "Si cet investissement réussit, je pourrai donner plus d'argent à l'église plus tard." "Si j'ai ces trois heures pour moi, je serai un meilleur parent le reste du week-end." "Si mon enfant ne participe pas à tous ces tournois, elle va décevoir ses coéquipiers et cela ne va-t-il pas nuire à son témoignage ? Lorsque vous constatez que votre quête d'une bonne chose vous a amené à prendre des mesures imprudentes pour l'atteindre, cela indique la présence d'une idole du cœur.

Le troisième symptôme d'une idole est que vous vous sentez en droit d'exprimer votre amertume de ne pas l'avoir. Lorsque quelqu'un vous suggère avec amour que vous pourriez être satisfait et en paix sans cette chose que vous désirez le plus, vous n'espérez pas qu'il ait raison. Vous êtes irrité. Vous lui en voulez d'avoir suggéré cela. Dans votre esprit, vous la rejetez comme "n'ayant aucune idée de ce que c'est que d'être là où je suis".

Lorsque la personne célibataire a fait du mariage une idole, elle déverse un mépris silencieux sur ceux qui lui parlent des consolations de l'Évangile. Lorsque le couple en difficulté financière a fait de l'argent son idole, il se sent autorisé à se plaindre de sa situation tout en ignorant les possibilités qui lui sont offertes d'apprendre à établir un budget ou de gagner un revenu complémentaire. Lorsqu'un athlète ou un travailleur qui a fait de la réussite son idole ressent la douleur d'une défaite ou d'un revers, il fuit l'occasion d'apprendre, avec Paul, "à être content dans n'importe quelle situation" (Phil. 4:11), préférant laisser la douleur le pousser à intensifier ses efforts d'une part, ou à jeter l'éponge d'autre part. Si vous préférez étrangement l'amertume de ne pas avoir ce que vous désirez à la perspective de la joie et du contentement en Christ seul, c'est un symptôme fort d'une idole du cœur.

Qu'en est-il pour vous ? Y a-t-il une chose à laquelle vous pensez lorsque vous n'avez rien d'autre à penser ? Avez-vous envisagé de prendre, ou avez-vous déjà pris, des mesures imprudentes pour l'atteindre ? Et vous sentez-vous légitime dans votre amertume de ne pas l'avoir ? Si c'est le cas, cher ami, je vous encourage vivement à faire trois choses.

Premièrement, soyez honnête avec le Seigneur à ce sujet. Croyez que si vous confessez cette idole au Seigneur, il vous pardonnera et vous ouvrira les bras. Deuxièmement, demandez-lui de vous montrer comment cette idole vous trompe et vous vole le contentement que le Seigneur offre à ses enfants là où vous êtes. Troisièmement, demandez-lui de vous montrer à quoi ressemblerait ce désir - pour le mariage, pour la réussite, pour le bien-être de votre famille, pour le bien-être de votre pays, pour l'avancement de votre cause - s'il existait à sa juste place, en dessous d'un désir suprême pour lui et pour sa gloire. Réalisez que son but n'est pas de tuer votre cœur, mais de le sanctifier et de le satisfaire (et dans cet ordre).

Les idoles du cœur nous font ressembler à "l'homme au râteau à fumier" dans le deuxième livre du « Voyage du pèlerin ». Dans cette vision, un homme "ne pouvait regarder que vers le bas, avec un râteau à fumier à la main". Alors qu'il fixait toute son attention sur les choses sans valeur qui se trouvaient au-dessous de lui, quelqu'un se tenait au-dessus de lui, brandissant une couronne. Le râteau à fumier contre la couronne, telle était l'offre en cours - "mais l'homme n'a ni levé les yeux ni regardé, mais il a ratissé les pailles, les petits bâtons et la poussière du sol". Quelle tragédie ! Et quelle image de quelqu'un qui est redevable aux idoles du cœur : obsédé, travaillant dur, refusant quelque chose de bien meilleur.

"Petits enfants", nous avertit l'apôtre Jean, "gardez-vous des idoles" (1 Jean 5:20).

Matthew Miller/Ligonier Ministries

FPMA PARIS


 Eglise Protestante Malgache en France, Paroisse de Paris.


   Phone:   +33 6 50 24 32 34

   Address:  Temple de la Rédemption 16, rue Chauchat 75009 Paris

   Email:  news@fpma-paris.org

NEWS FPMA

DIVERS SAMIHAFA

CONTACT FIFANDRAISANA