Ecoutez la radio Anjomara
La radio du Sampana Fifohazana de la FPMA

 

La seule voie vers le ciel est par la foi en Christ 

 « Paul et Silas répondirent : Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille. » – Actes 16:31.

La voie qui mène au ciel, ami lecteur, est par la foi en Christ. Vous ne pouvez pas être sauvé par vos bonnes actions, mais vos mauvaises oeuvres vous condamnent si vous ne placez pas votre foi en Christ. Rien de ce que vous pouvez faire ne vous sauvera. Une fois sauvé, le cœur considère comme un privilège merveilleux que de marcher dans les voies de Dieu et d’obéir à sa volonté. Pourtant, avant que Dieu nous donne la foi, tous nos efforts à garder ses commandements ne feront que nous plonger plus profond dans la boue et ne contribueront en rien à notre salut.

La seule voie vers le ciel est par la foi en Christ. Simplement expliquée, la foi signifie croire en Christ. Je vois que Christ m’ordonne de croire en lui, ou de me confier en lui. Je ne ressens en moi aucune raison qui me permette de faire cela. Mais il me l’ordonne. Aussi, sans prendre en compte mon caractère ou la moindre préparation que je puisse ressentir en moi, j’obéis à cet ordre. Je me lance sur Christ, et je me noie ou je nage ; je me confie en Christ.

Voici ce qu’est la foi. Je ferme les yeux à toutes les preuves d’un espoir présent en moi et je m’élance dans les bras tout-puissants du Rédempteur. L’Écriture parle parfois de se reposer sur Christ, de s’en remettre à lui, ou de placer tout mon poids sur sa croix. Je cesse de chercher à me tenir debout par mes propres forces et je me confie entièrement à la stabilité du Rocher éternel. Abandonner son âme entre les mains de Jésus est l’essence même de la foi. C’est recevoir Christ dans le vide de notre être. Par la foi, j’amène mon vase dont j’ai compris le vide et je le place là où l’eau coule. Je reçois alors la plénitude de Christ, grâce sur grâce. La beauté ou la propreté de mon vase ne me désaltèrent pas, mais simplement le fait que je le place là où coule l’eau de la vie.

Charles Spurgeon.